Freelance entrepreneur

Vous voulez une entreprise de prestation de service polyvalente ? Vous êtes animé par l’indépendance totale dans le travail ? C’est alors le moment d’exercer comme Freelance, avec votre projet d’entrepreneur. Il faudra juste déterminer votre domaine d’activité.

Son autonomie dans le travail

L’entrepreneur n’a pas de supérieur dans son travail. Il gère ses prestations à son rythme. Il est capable d’établir ses horaires pour ses clients. Cette autonomie forge sa liberté dans le travail et il lui faut cultiver une certaine discipline et rigueur afin de réussir. Ce prestataire doit faire perpétuellement la recherche de sa clientèle. Il peut être son propre comptable, son chargé de communication et assurer un bon relationnel. Il lui faut être polyvalent, toucher plusieurs domaines d’activités tels que :

Certaines tâches qu’il ne peut pas accomplir méritent d’être confiées à un autre personnel. Avec le développement de l’internet, il faut noter que cette catégorie de travailleurs s’est développée, mais le freelance peut également choisir de déclarer son entreprise au fur et à mesure de son développement. D’ailleurs, il y a des secteurs pour lesquels on est obligé de passer par cet étape, c’est le cas du commerce, mais aussi d’autres secteur, en tout cas dans la législation française le statut d’auto-entrepreneur existe et est dédié aux freelences.

L’autoentrepreneur

L’autoentrepreneur est son propre chef d’entreprise, il se doit alors de démarcher toutes les opportunités pouvant croitre son activité. Toutefois, il ne procède pas comme le ferait un commerçant, il met en vente son savoir-faire, son expérience et ses compétences. Les prestations se font à distance, en ligne, il peut alors s’installer à son domicile ou même dans un local de travail qu’il loue. L’autoentrepreneur utilise ainsi son propre matériel, afin d’accomplir sa mission. Il faut noter que le prestataire se doit de définir un règlement de travail avec son client. Cela permet de mieux éviter les litiges et il est diffèrent d’un salarié et sa manière de travail lui convient. Sa seule exigence reste de livrer sa prestation dans les délais. Pour sa protection, au-delà du statut d’autoentrepreneur, il est idéal pour lui d’avoir une assurance professionnelle qui pourra gérer les éventuels dommages et conflits.

Un statut juridique pour le métier

Être un freelance, c’est être un chef d’entreprise et il faut à cet effet payer certaines. Le Freelance doit veiller à l’immatriculation de son entreprise, ce qui lui permet d’établir une facturation normale pour ses clients. Il se doit alors de choisir un régime social en fonction de son organisation et s’il n’est pas associé, il opte ainsi pour un régime d’autoentrepreneur. Ainsi, il aura à déclarer ses revenues et opter à un mode calcul de l’impôt qui lui permet d’être évalué que quand il atteint un certain chiffre d’affaires. Toutefois, si ses revenues en tant qu’autoentrepreneur dépassent la limite, il est dans l’obligation de changer de statut. Avec ce statut, le prestataire se doit d’informer annuellement ses comptes au tribunal de commerce.